Ça a l'air compliqué ! Il faut forcément utiliser des ordinateurs avec ce système ?

Ce qui est compliqué, ce n'est pas le jugement majoritaire, c'est de remettre en cause une chose si habituelle qu'elle nous semble naturelle.

Les bulletins et le mode de dépouillement sont évidemment différents pour le jugement majoritaire et le scrutin uninominal. Mais rien n'empêche de mettre en oeuvre le jugement majoritaire sur papier, tout comme rien n'empêche de mettre en place des scrutateurs et toutes précautions utiles au bon déroulement d'un scrutin, comme on le fait déjà. Il n'y a pas davantage de raisons d'utiliser ou non des moyens informatiques pour le jugement majoritaire que pour le scrutin uninominal.

Il y a certes un peu plus d'effort à produire pour comptabiliser les mentions par rapport aux "voix", puisqu'il faut comptabiliser autant de mentions par électeur qu'il y a de candidats avec le jugement majoritaire alors qu'il n'y a qu'une seule "voix" par électeur avec le scrutin uninominal. C'est cependant chose à relativiser. D'autres modes de scrutins sont beaucoup plus compliqués à mettre en oeuvre au niveau du dépouillement. Le vote alternatif, qui requiert de recomptabiliser les voix de chaque candidat plusieurs fois, est un exemple.

Il faut par ailleurs prendre la mesure de ce que représente cet effort supplémentaire par rapports aux bénéfices qu'apporte le jugement majoritaire. Comme on dit : "la démocratie a un coût".

Une décision collective à lancer ?

c'est parti !